D comme Développement Personnel

no images were found

Je souris en me voyant jongler avec ce mot aussi facilement aujourd’hui. Il y a longtemps quand je l’entendais je me disais que c’était du klingon, du chinois ou des termes psy que je ne comprenais pas du tout. Ces mots ne résonnaient pas du tout en moi, c’était un concept qui ne collait à aucune réalité dans ma vie. Je ne voyais pas ce que voulait dire le « Développement personnel » Ce mot à fini par entrer à mon insu dans mon vocabulaire et s’inscrit maintenant très naturellement dans mon travail.

Développer le personnel. Pour être plus clair…

Choisir de vivre sa vie autrement

Grâce a mon parcours de vie dans la voyance, la relaxation, le reiki, le coaching de vie et aussi au travers de tout ce que j’ai accepté de tenter, j’ai constaté que la vie multiplie et répète les expériences pour nous faire vivre et revivre à l’infini les mêmes états émotionnels.

On peut répéter indéfiniment les mêmes rencontres, revivre des amours similaires, des disputes semblables ou se trouver devant les mêmes attentes et besoin de considération avec de nos proches. On peut se sentir victime de la vie ou des autres pendant notre vie entière et en souffrir at vitam aeternam.

On peut aussi décider d’évoluer en développant une capacité à observer les évènements autrement pour ne plus les endurer en silence. Quand on prend conscience de notre libre arbitre, qu’on saisit un jour qu’on peut changer les choses, on choisit de vivre sa vie autrement. Commence alors un véritable travail sur soi de… « développement personnel ». Ca y est le gros mot est sorti ;o)

Choisir d’être heureux

Lorsque j’ai choisi d’être heureuse, je ne trouvais plus normal ni logique d’être déstabilisée par les évènements. Etre heureuse n’était pas un concept à la mode pour moi. C’était une réalité que je voulais vivre pleinement.

Je me suis obligée dès lors, à prendre du temps pour m’arrêter et regarder la source des problèmes et l’impact sur moi qu’on les situations de vie déstabilisantes. Je ne voulais plus rester dans un mal-être. Et pour cela il me fallait trouver un moyen d’aller vers un état émotionnel positif, un moyen de ne plus rester enfermer dans des états émotionnels négatifs.

Comment aller vers un état émotionnel positif ?

Avant, je prenais sur moi. Je ne changeais ni mon regard sur la situation, ni mon comportement. J’étouffais le mal-être au fond de mon ventre, je faisais avec. Je lissais et agissais comme si de rien n’était. Je ne savais pas prendre du recul. Je contrôlais avec mon mental mes sentiments et mes réactions. Enfin je le croyais.

Pourtant à force de développer le bien-être de mon corps, de prendre du temps pour me reposer, de me relaxer, celui-ci a fini par se révolter de mon silence. Il me faisait souffrir de plus en plus fort jusqu’à ce que je n’arrive plus à enfoncer dans mes tripes, mes peines et mes colères. Il me montrait par la maladie, en concentré de douleur, ce que je faisais avec lui en enterrant à l’intérieur mes émotions négatives.

Je tombais malade avec des douleurs violentes après chaque évènement dans ma vie qui m’avait émotionnellement touché. Mes émotions enterrées étaient bien vivantes alors que je croyais avoir organisée à chaque fois une vraie cérémonie d’au-revoir. Je ne pouvais nier cette synchronicité. Plus je planquais mes états d’âme et plus je tombais malade violemment.

Je niais ces états car je voulais tout faire pour ne plus y penser. Du coup, je ne réglais rien. Je ne pouvais plus continuer à faire semblant. Mon corps m’a aidé en déclenchant des douleurs insupportables. J’avais décidé d’être heureuse pas d’être un martyre!

Alors j’ai commencé à écouter vraiment mon corps et à regarder ma vie et l’écho émotionnel des évènements sur moi. Je me suis demandé à chaque fois qu’une émotion négative apparaissait, avant que je la camoufle inconsciemment, « Comment tu te sens Marie-Lore ? »

Je développe dans ma vie personnelle un regard tourné vers l’intérieur.

Alors, au lieu de toujours scruter l’évènement, la situation, la personne qui cause mon malaise, je prends le temps de ressentir l’impact sur moi. Comment je ressens à l’intérieur de moi ce qu’il m’arrive ? Si je devais décrire en quelques mots l’état négatif dans lequel je me sens à ces moments là, je dirais : c’est vrai, si je ne me pose pas, je n’y arrive pas. Et si je crains de me retrouver nez à nez avec cet état émotionnel négatif, je vais fuir l’introspection.

Se poser, ne pas fuir la situation. Comment faire?

Le reiki est venu à moi comme un outil puissant qui me donne l’opportunité de me retrouver avec moi dans la douceur et l’apaisement. Il me donne le cadre rassurant pour écouter mon mal-être sans le subir. Il est un allié à mes cotés pour calmer ma peine et me permettre d’entrer dans une véritable introspection. Quand je suis mal, il m’apaise. Si j’ai envie de comprendre ce qu’il m’arrive, il calme d’abord mes tourments, inquiétudes et râleries. Il me permet de revenir à moi et de ressentir avec du recul, l’état dans lequel je me trouve. « Suis-je peinée ? Triste ? Mal-aimée ? Est-ce que je me sens dévalorisée ? Abandonnée… ? »

Quand j’arrive à déchiffrer cet état, je suis sur la bonne voie. Je comprends enfin l’impact sur moi de l’extérieur. Avec le recul apporté par un soin reiki, en regardant l’évènement et son écho sur moi, je constate à chaque fois que mon tourment est démesuré.

Je suis consciente ensuite que s’il est aussi violent sur moi, c’est qu’il a réveillé sans que je m’en rende compte une cause antérieure. Je suis juste en réaction. En regardant en arrière avec bienveillance, je revois toujours dans mon passé un souvenir de la même situation et de la même réaction de ma part avec une toute autre personne.

Ce travail d’introspection m’aide à identifier ce qui est bousculé à l’intérieur de moi. Sans recul, sans calme et sans la confiance dans mon envie d’être heureuse, j’en suis incapable. Je découvre toujours en creusant, une croyance à laquelle je suis solidement attachée, que j’ai besoin de balayer de ma tête pour être mieux. Je choisis alors de regarder autrement la situation, avec mes yeux et ma compréhension d’adulte.

Si nous refusons de regarder avec le discernement nécessaire nos croyances bien ancrées, nous ne pourrons pas nous remettre en question et nous construire autrement.

Le développement personnel nous amène à développer et à construire notre être à l’extérieur du cercle de nos croyances familiales, sociales, culturelles ou religieuses. Le travail de fond est de revoir toutes nos croyances et de les faire siennes ou de les éliminer de sa vie.

Le développement personnel n’a rien à voir avec des lectures de livres spirituels, des formations ou des séjours initiatiques. Ce n’est pas en collectionnant les rendez-vous de thérapeutes ou des techniques de guérison qu’on est dans le développement personnel. Si on ne fait pas ce travail d’introspection de nos croyances et valeurs, on continue à accumuler des situations qui nous bousculent et nous mettent mal à l’aise.

Quand on commence à ne plus être déstabilisé par les mêmes situations, alors on le sent et on peut tout vivre les yeux grands ouverts en prenant des décisions d’adultes à chaque moment de sa vie.

Le développement personnel est le travail de toute une vie. Il ne s’arrête jamais.

Toutes les situations du quotidien nous donnent l’opportunité de travailler sur nous et de développer notre état de joie et d’ancrer durablement notre bien-être.

5 commentaires sur “D comme Développement Personnel

  1. Merci Marie-Lore .
    C’est si important de savoir s’écouter, d’y arriver, de reconnaître les limites et de trouver son chemin. C’est important aussi de ne pas se leurrer, de ne pas se reposer sur d’autres ( en gros, croire que les autres, accompagnants divers et variés ou psy de tous ordres vont pouvoir “faire le travail” à votre place, pour vous !). Bien sûr que c’est bien de choisir de se faire aider, mais c’est un choix, une décision, un chemin que l’on prend … qqfois une très longue route, mais qu’importe du moment qu’on avance.

  2. Quel subtile sujet ! Se poser, ne pas fuir la situation. Tout est là je crois. On manque souvent de courage à se poser devant nos situations de vie. Je m’en rends compte en ce moment ou je prends plaisir à ne pas fuir. C’est soulageant en fait. Merci pour ce message, j’ai l’impression qu’il est tout neuf 😉

  3. oui oui! Une fois qu’on a choisi de pendre ce chemin et qu’une constance se met en place ça ne s’arrête plus. Une dynamique s’installe qui fait que tout amène à se regarder faire et à changer, pas à pas, à son rythme. C’est pas toujours simple, mais j’aime ce chemin et je n’ai jamais regretté de m’y être engagée. Le reiki m’a permis d’installer la constance nécessaire et aujourd’hui il est devenu un compagnon de route qui fait partie intégrante de ma vie tout naturellement.
    Merci pour ce texte clair. Vive le développement personnel ((-;

  4. Bonjour Marie-Laure,
    Ma question était la suivante : quel message puis-je recevoir concernant mon irrésistible envie de faire un voyage à Bali avec Marie-Laure ! Et il en ressort la lettre D “développement personnel”… mais que la Vie est Belle ! Mais quel dommage que Paris soit si loin de la Franche-Comté !!!

    1. Bonjour Martine!!
      Quelle chouette réponse!! Et bien prochain départ le 28 février…. Il y aura toujours de la place dans une valise pour vous ;o))
      Bonne année!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *