R comme Résignation

resignation-par-m-l-staudtLa résignation dans l’air du temps.

La résignation est un terme que j’entends de plus en plus en accompagnement et je vois la confusion entre «Lâcher-prise, Abandon et Résignation »..

« Je suis encore indigné mais résigné »

« Je ne veux pas me résigner à choisir cela. »

 « J’ai dû me résigner à céder pour que l’affaire se conclue. ».

J’aime les séances de coaching. Quand on est dans une écoute vraie et profonde, on entend beaucoup de choses : les mots de l’autre mais aussi ses pensées et sa petite voix intérieure. Viennent se mêler à cela, simultanément, les messages pour l’autre. Je dois être bien accrochée, centrée et dans le discernement pour confondre toutes ces voix…

Un coaching, pour moi, est une communication profonde entre deux êtres qui choisissent la transparence et sont motivés par une même envie de compréhension. Aucun ne cherche à avoir raison. Chacun prend le recul nécessaire pour comprendre les enjeux et l’impact de ses pensées, paroles et actions sur son entourage, et inversement. Quelques jours ou mois après un coaching, nous pouvons retourner vers une confusion mentale, perdu dans notre quotidien trop rempli. En une séance, la lumière se fait en quelques dizaines de minutes. Parfois, il est bon de faire le point en se faisant accompagner par un étranger qui nous met face à nos agissements et nos croyances. Le travail sur soi avance trop lentement lorsque nous sommes seuls face à nous-mêmes. Seuls, il est délicat, dans les moments de tensions, de parvenir à prendre du recul. Notre entourage peut aussi alimenter notre colère ou notre agacement. Une personne neutre, qualifiée saura nous faire prendre le recul nécessaire pour poser un regard neuf ou différent sur les situations difficiles auxquelles nous sommes confrontés.

Il est important pour moi, après m’être exprimée, de demander comment l’autre se sent et ressent ce qui est dit. Quand cela fait sens et éclaire, nous sommes sur la bonne voie, nous ne délirons pas. Un coaching est un vrai travail à deux où communiquer et écouter son ressenti est primordial. C’est se réapproprier l’histoire.

Très différent d’une consultation de voyance, un coaching répond à une envie de débroussailler une difficulté identifiée et choisie par le coaché. Je mesure beaucoup plus encore ce qui doit être dit, ce que l’autre peut entendre. C’est un travail de dentelle, de précision et de discernement pour accompagner chacun dans son niveau d’évolution de compréhension du moment pour dénouer petit à petit la pelote emmêlée.

Mais attention, le changement apporte des tensions.

En ce moment, la vie nous demande de changer et la transformation de nos structures anciennes est bien difficile. Du coup, beaucoup résistent à cette mutation et luttent pour maintenir leurs acquis et leurs zones de sécurité. Cette tension générale pousse au lâcher-prise. C’est le grand exercice pratique de la décennie. Pas facile tous les jours.

Et lâcher-prise ne veut pas dire résignation ou abandon. Et résignation ne veut pas dire lâcher-prise non plus.

Notre éducation y est pour beaucoup et nous a poussés à nous enfermer dans une croyance que nous ne pouvons rien faire, que nous devons accepter parfois d’être victimes :

« Accepte, cela vaut mieux que rien ! »

Dans ce cas, nous ne sommes pas maîtres de notre destin et, surtout, nous nous sentons mal de devoir abdiquer.

Résignation ou lâcher-prise ?

Quand nous nous résignons en pensant lâcher-prise, il y a confusion. Ce n’est pas le même fonctionnement et ne donne pas le même résultat.

Quand nous nous résignons, nous continuons à râler dans notre coin. Nous ne sommes pas en accord avec ce qui se passe. Nous pouvons ressentir un état d’impuissance et d’injustice très désagréable face à une situation ou une personne.

Quand nous lâchons prise, au contraire, c’est avant tout un positionnement et une acceptation de céder pour lâcher la résistance, la lutte qui ne fait rien progresser, ne sert à rien, excepté à maintenir une tension. Nous reconnaissons notre propre positionnement et c’est ce qui compte à nos yeux. Nous ne cherchons plus à ce que l’extérieur reconnaisse notre choix. Nous reprenons le pouvoir sur le choix de nos pensées, paroles et actions. Ce que l’autre en fait par la suite est son problème et sa responsabilité. Nous comprenons que ce qui se joue, à l’instant présent, aura des répercussions sur un temps bien plus long.

Quand nous nous résignons, nous cédons malgré nous, à contre cœur, à la pression qu’on nous impose en n’ayant aucune certitude sur un dénouement heureux. Au contraire, nous ressentons plutôt la frustration de ne pas avoir le choix. Cela peut nous conduire à rester dans un sentiment d’impuissance insupportable qui peut nous mener à la colère et nous pousser dans un drame intérieur ou dans un sentiment d’injustice durable.

Quand nous lâchons prise, nous nous positionnons puis acceptons de céder, en ayant confiance dans le futur. Nous nous sentons à notre place et beaucoup plus légers dans les minutes qui suivent. Nous ne ruminons plus, nous sommes détachés de la situation. Nous n’avons plus d’attente dans l’immédiat. La pression diminue jusqu’à disparaître. Nous nous sentons en confiance et notre vie reprend son court avec plus de douceur et moins de lutte.

Ce phénomène, assez magique, permet de distinguer parfaitement bien la résignation du lâcher prise.

Lâcher-prise, c’est se positionner intérieurement et avoir confiance en l’avenir. 

Se résigner, c’est manquer de foi dans un dénouement futur bienheureux.

3 commentaires sur “R comme Résignation

  1. Je trouve ce texte très inspirant et bien sur il tombe à pique, et tu décris parfaitement les deux états …lâcher prise c’est une vraie acceptation de ce qui est, ce n’est plus regarder la situation en ruminant mais voir au dessus, au delà et poursuivre son chemin en ayant confiance dans un dénouement heureux et juste…et ça c’est quelque chose que tu m’as transmis

  2. entre résignation et lâcher prise il y a un monde , merci de mettre côte à côte résignation et lumière c’est par le choc de paires opposées que la conscience peut se faire….

  3. Le mot résignation correspond à la situation que je vis, et de lire ces phrases, cela me permet de comprendre que je ne suis pas assez dans le lâcher-prise. Un grand merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *