M comme MANIPULATEUR

manipulation_0J’ai vécu, il y a longtemps, une histoire qui a rongé ma vie. Je suis sûre que cette expérience, certains d’entre vous l’ont aussi connue.

La recherche d’une autorité

Par gentillesse naïve, culpabilité, fraternité, dévouement ou confiance aveugle, besoin de sagesse, nous nous attachons et nous rapprochons de personnes qui ont une intelligence verbale très développée et une sensibilité particulière. Ils nous promettent monts et merveilles au départ en nous flattant et nous caressant dans le sens du poil. Quand nous avons été rarement félicités et écoutés depuis notre tendre enfance, nous ne savons pas reconnaître la sincérité ou la vérité de l’enfumage. Nous n’avons pas confiance en nous et recherchons une autorité qui va nous prendre en main et nous guider. Nous sommes prêts à tout croire.

Nous savons, au fond de nous, que nous couvons lentement dans un cocon. Mais nous pensons avoir besoin de quelqu’un pour nous couver. Nous attendons inconsciemment une aide extérieure qui nous fasse sortir du nid et déployer nos ailes.

Le déni de nous-même

Cette naïveté, souvent, nous conduit tout droit dans la gueule du loup.

Si nous ignorons que nous sommes déjà un aigle majestueux ou un éclatant papillon, nous avalons ce que l’autre nous fait croire. Il peut nous raconter que nous ne sommes qu’une petite chenille minable qui ne se transformera jamais en papillon.  Nous avons perdu le lien avec nous-même. Quand ce sont des personnes que nous admirons, que nous adorons, que nous respectons et/ou qui ont autorité sur nous, notre cerveau finit par leur donner raison. Nous subissons un long harcèlement perfide et calculé dont nous ne nous rendons pas compte. Nous avons tant besoin de cette autorité bénéfique dont nous avons manqué enfant…

Quand l’imposteur, qu’on croyait notre guide, notre amoureux ou notre patron, se met à nous rabaisser insidieusement en appuyant sur nos points faibles (que nous avons livrés en toute confiance), il devient difficile de riposter. Nous nous taisons. Le silence, nous connaissons bien, c’était notre refuge, enfant. La manifestation silencieuse de notre mécontentement. Il nous manque un brin de confiance en nous et la force de dire non et de s’élever face à l’injustice qui s’amplifie, comme lorsque nous étions petits.

 

Notre comportement face à la manipulation

 

Puis, nous avons plusieurs comportements : nourrir en silence notre ressenti en nous disant que ce qu’on nous assène n’est pas vrai ; finir par nous effacer ; nous couper de notre intuition ou oublier notre personnalité au point de nous fondre dans celle de l’autre…

Nous acceptons trop souvent, malheureusement, le sort que cet autre nous réserve en nous disant que nous n’avons pas le choix, qu’il est plus fort que nous. Nous pensons que nous ne faisons pas le poids. Son positionnement, sa dureté, sa méchanceté, sa position sociale ou son égoïsme dépassent tout ce que nous pouvons imaginer qu’un être humain puisse utiliser contre nous. Nous nous sentons inférieurs. On nous l’a fait tellement ressentir au travers de comportements et de paroles que nous avons perdu le peu de confiance en nous que nous avions et toute foi en la justice.

Puis, un jour, à bout, nous finissons par nous lever et par montrer notre opposition. Il faut du temps. Du temps pour avoir la force de s’éloigner, d’abord, du malfaiteur, de ce manipulateur que nous n’avons pas reconnu comme tel au début, que nous n’osons pas nommer ainsi encore, même avec tout ce qu’il nous a fait subir pendant des mois et des mois…

 

« Mais non, il faisait cela pour notre bien…»

 

Nous lui trouvons longtemps des excuses… Alors pourquoi ne nous sentions-nous pas bien pendant cette longue période ? Pourquoi étions-nous en train de souffrir en silence ? Pourquoi ne sommes-nous pas heureux et à notre place, au bout de ces mois et de ces années auprès de ce conseiller intelligent qui sait exactement ce que nous sommes et devrions faire ?

 

La difficulté d’agir face à la manipulation

 

C’est là que le bât blesse. Nous ressentons, au fond de notre ventre, que cela ne va pas, parfois au point de nous rendre malade. Nous sommes juste incapables de dénoncer ou d’identifier d’où vient notre malaise exactement. Nous nous écartons de plus en plus de ces personnages ou alors c’est la vie qui nous y oblige. Nous avons l’impression de prendre la fuite. Nous culpabilisons en pensant que l’autre nous traitera encore d’incapable et de lâche… Nous sommes encore sous le feu du jugement de cet autre. Nous avons peur de ce qu’il pourrait nous faire ou nous dire. Nous évitons les endroits où nous pourrions le rencontrer. Nous ne pouvons plus nous rapprocher, de près ou de loin, d’amis qui l’ont connu ou de personnes qui le fréquentent. Nous pansons en silence nos plaies.

 

Le temps joue en notre faveur

 

Puis le temps fait son œuvre.

Ah, que je l’aime, ce temps ! Loin de mon manipulateur, ma petite voix est revenue, timide puis de plus en plus affirmée. Ma foi était toujours là, au chaud, au fond de mon cœur. La foi en moi. La foi en la vie.

Loin de ces gentils qui s’ignorent, nous commençons à croire de plus en plus en une justice divine. Les méchants ne peuvent pas vaincre. Nous sommes de plus en plus sûrs de nos valeurs, qui sont très différentes des leurs. Nous prenons du recul et nous constatons alors la méchanceté de nos manipulateurs, leur manque d’humanité, leurs manipulations perverses qui ne visent qu’à les servir, eux, leur cause, leur Ego.

Ils ne nous laissaient pas libre de penser et d’agir. Ils ne nous aidaient pas à nous émanciper. Au contraire, leurs actions sur nous, nous ont paralysés. Nos ailes n’ont pas poussé, elles sont restées figées dans notre dos, comme si on nous les avait ficelées.

Alors, nous osons en parler à un médecin, accompagnant ou psy, au bout de x années. C’est très difficile de raconter notre histoire à nos proches. Comment avons-nous pu être aussi naïfs ? Nous craignions leur regard sur nous. Avoir confiance en l’autre est devenu difficile.

Nous finissons par reconnaître les manipulateurs parmi la foule et choisissons de ne plus nous en approcher. Ce n’est pas la peur qui met cette distance entre eux et nous, c’est le bon sens. C’est notre bienveillance profonde face à nous-mêmes, qui nous fait changer de trottoir et ne plus les fréquenter de près ou de loin. Notre ressenti, notre petite voix nous conduisent désormais vers les personnes qui ont les mêmes valeurs humaines que nous.

Pour sortir de cette histoire, nous avons dû nous extraire avec force du cocon. Nos ailes commencent à pousser. Mais à quel prix…

Oser raconter notre histoire, un jour, c’est sortir du silence, du non-dit qui protège ces manipulateurs froids et sans humanité. Reconnaître cette violence, c’est affirmer notre bienveillance vis-à-vis de nous-mêmes et refuser la méchanceté et la malveillance envers nous-mêmes.

Quand nous parvenons à le faire, c’est que nous avons fait la paix avec nous et notre passé, et développé la confiance en nous. Nous ne serons plus la proie d’aucun manipulateur.

18 commentaires sur “M comme MANIPULATEUR

  1. Je pense que tout le monde hélas a vécu la même histoire, ce qui est magique c’est que la vie nous donne cette force insoupçonnée de nous lever et de dire STOP. En ce qui me concerne j’ai mis des années à me réveiller et aujourd’hui je me répare comme une voiture qui a été désosser et qu’il faut tout refaire en passant par la carrosserie les boulons etc.se prend beaucoup de temps et parfois quelques souffrances. Ce qui est le plus important c’est le résultat, qui est la paix avec soi-même et se sentir enfin vivre dans ce beau chemin qui est la vie

  2. ha oui très beau texte ! tellement juste une fois de plus et qui nous parle profondément. Oui déployons vite nos ailes au sortir du cocon pour vivre notre vie loin de la manipulation. Merci Marie-Lore.

  3. Tellement vrai ! C’est exactement ce que j’ai vécu ! Quand on ose reprendre le controle de sa vie on redecouvre qui on est vraiment !
    Merci !

  4. Heureuse de lire ce texte, où je me reconnais comme “manipulisable”…très heureuse et en même temps je me pose à nouveau cette question : pourquoi me suis-je laissée manipuler, longtemps réfléchi à ce pouvoir que j’ai laissé à d’autres sur moi, n’ était-ce que de la naiveté,de l’altruisme, que l’espérance d’être aimée, n’était-ce qu’un conditionnement préparé par l’enfance, la relation avec ma mère ? n’y avait-il pas aussi en moi une forme, sinon de lâcheté, du moins une grande peur d’affronter mes désirs profonds, mes besoins, une si grande peur de paraitre égoiste, que j’ai fini par devenir une proie facile…Il faut toutes sortes de courages pour s’affirmer et rayonner ensuite autour de soi du bonheur de vivre. Je vais maintenant vers ceux qui me tirent vers le haut, qui sont bons et réconfortants comme le tiramisu… bon et lumineux dimanche à tous les lecteurs de ce petit mot !

  5. Merci, jolie papillionne 🙂 Ton texte me fait penser que parfois nous critiquons les personnes qui ont besoin dans leur vie d’une phase de léthargie, de coconing intense où il ne font rien, n’entreprennes rien et se légument devant laTV pendant des jours et des jours, des mois, des années peut être des vies…
    Si on les regardait en se disant qu’ils étaient en train de faire leur cocon qui va leur permettre de vivre une transformation après une phase difficile de manipulation par exemple, on serait peut être plus tolérants. Peut etre que la léthargie, ça sert à ça. Je ne fais rien, je me transforme letement de l’intérieur…

    1. Oui et qui mieux que nous sait quel est le meilleur moment de sortir de notre cocon? Personne. Nous savons très bien ce qui est juste pour nous même si parfois nous mettons des jours des mois ou des vies a nous en rendre compte….

  6. On ouvre les yeux à la suite d’un évènement tellement humiliant et le manipulateur a un sévère retour de bâton, deux décollements de la rétine.

  7. C’est avec mon dernier employeur que j’ai dit stop pour le première fois à un manipulateur, avec violence. Sur le coup, ça s’est retourné contre moi : beaucoup ne comprenait pas mon attitude, car le manipulateur sait se montrer sous son meilleur jour avec les autres. Avec le temps, ils ont compris…parce qu’ils l’ont aussi malheureusement subi. Je n’étais pas encore vraiment consciente de cette manipulation (gros déni!!!) jusqu’à cet été, quand je suis retournée dans la rue de mon ancienne boite. Je l’ai quittée fin 2007 et pourtant j’ai senti ma gorge se nouer et j’ai eu du mal à respirer (merci le travail sur le corps!). Et là j’ai enfin compris et admis que j’avais vraiment souffert pendant cette période!

    Avec ton texte, je fais enfin les ponts. Bien sur, je n’étais pas heureuse pendant ces périodes et je le suis maintenant que je suis loin de ces personnes. Oui, elles ne m’ont pas laissé libre d’agir, de penser, de m’émanciper. Au contraire, tout était fait pour servir leurs propres besoins/intérês et uniquement ça. Oui, leurs actions m’a fait perdre le lien à moi même, m’a fait perdre confiance et m’a paralysée dans mon envol.

    Il m’a fallu du temps, des accompagnants patients et à l’écoute, un travail sur le corps pour déjà m’en rendre compte, puis retrouver ce lien avec moi-même et reconstruire la confiance en moi et en l’autre. Un travail toujours en cours mais j’ai maintenant les fondations en béton.

    Je ne suis pas bien sure d’avoir encore fait la paix avec moi- même sur le sujet, je vais encore parfois me bruler les ailes avec mon manipulateur familial. De loin, mais j’y vais quand même…Mais je suis sur le chemin ça c’est sur.

    Merci ((-;

  8. Merci Marie Lore de ce beau partage, tellement empreint de sincérité. Vous écrivez souvent les choses comme je les ressens.
    Je me suis retrouvée dans ce texte, qui est arrivé pile au moment où je viens de parler à une thérapeute, de ce que j’avais vécu de similaire. Après plusieurs mois de silence, à trouver des excuses à la personne manipulatrice, j’ai finalement décidé de lâcher le morceau. La Vie me met des messages sur mon chemin, et votre texte en fait partie. Merci beaucoup d’avoir raconté tout cela.

  9. Je rencontre ce texte quelques années après une expérience de cet ordre la, quand une personne vous amène petit à petit vers le fond en prenant votre force de vie. Il se délecte de votre souffrance car il souffre et veux faire mal. C’est quand on s’en écarte que l’on reprend vie et qu’on retrouve un peu de lumière qui grandit. Cela prend du temps de retrouver une confiance en soi mais je sais que cette épreuve me permet aujourd’hui de prendre soin de moi. Merci aux personnes qui m’ont accompagnées par leur présence ou leurs textes notamment comme les votre Marie-Laure.
    Une pensée pour vous pour ces fêtes de fin d’année.
    Céline.

  10. L’Univers m’a répondu M comme Manipulation!
    J’ai été une femme manipulée dans le passé.
    Un travail sur moi depuis presque 1 an m’aide à y voir plus clair…
    J’essaie d’être vigilante!

  11. Bonsoir Marie Laure,
    Je viens d’avoir ma réponse :
    M…. comme MANIPULATEUR
    Je pleure encore d’émotion après avoir lu ce texte qui semble dépeindre EXACTEMENT la vie qui a été la mienne, avec toutes les conséquences sur tous les plans : troubles graves sur ma santé physique et morale, évitement relationnel, isolement, etc…. et ce, depuis 40 ans, mais dont je ne veux plus depuis que j’ai touché le fond du fond mais que j’y ai vu enfin une toute petite lumière grâce à des êtres tels que vous !
    MERCI

    1. merci de ton témoignage je me reconnais
      1 an de psy je ne suis pas sortie d’affaire encore mais j’apprivoise ma solitude
      car on est souvent seule dans ces cas là
      plus de famille ou qui nous ignore on existe plus pour eux

      je tiens le coup grâce à une association qui m’aide à m’en sortir
      heureusement j’ai trouvé un peu de paix

      je te souhaite bon courage et plein de bonheur

  12. bonsoir et grand merci,vraiment …je n’ai pas la force de raconter mon histoire pour le moment c’est encore trop ‘frais’…..mais je sais que je vais renaitre tel le phenix,ainsi que mon fils qui en a également fait les frais en me mettant de suite en garde,mon fils est clairvoyant et depuis sa petite enfance….merci,votre soutient et votre site que je trouve superbe me fait un bine fou .Bien à vous Marie Laure et toutes et tous.stef

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *