Les énergies du mois d’avril

no images were found

Ce mois d’avril a commencé depuis presque une semaine. Je voulais poster rapidement les énergie que je sentais arriver pour vous prévenir de cette tension qu’il nous apporte et mieux comprendre les tenants et les aboutissants de cette période qui nous arrive.

Et le temps file trop vite. J’ai commencé à vivre ce que j’allais vous écrire, du coup j’ai choisi de mettre en pratique ce que je ressentais pour mieux vous en parler et commencer par appliquer pour moi même ce que j’entendais. On n’est jamais mieux servi que par soi même disait mon père… Alors je me suis posée après ces 3 premiers jours d’avril et j’arrive pour vous en parler ce mois.
Vous vivez depuis une semaine ce que je vais dire, vous allez pouvoir confronter votre ressenti et votre vécu à mes dires… Venez en parler, c’est très utile de savoir qu’on traverse tous une période bien particulière.

Avril : un besoin d’action dans l’air.

Avril nous pousse à bouger. Nous sommes déjà pas mal invités ces derniers temps à nous positionner et à changer nos vies. La décennie qui vient nous y oblige. Alors avril arrive avec une énergie de concrétisation, d’actions, de responsabilités, de mouvements et de changements.

L’idée n’est pas de faire absolument quelque chose mais de se demander si ce qu’on fait aujourd’hui est juste pour nous. Eh oui cela se répète sous toutes ces formes je vous l’accorde, mais tant que votre vie ne se calera pas sur vos envies et non sur vos besoins, vous ne trouverez pas la quiétude et une plénitude dans votre présent.

Dans la conférence de janvier sur les énergies de 2014, je l’avais annoncé, nous allons vers un état de bisounours après le premier quart de siècle. Et nous en sommes loin aujourd’hui même si nous cheminons vers un autre état de conscience magnifique. A l’approche des années 30 nous serons beaucoup plus dans l’ouverture, l’amour et l’envie d’être bien au milieu des autres. Nous aurons quitté ce besoin oppressant d’être sécurisés financièrement et pour ce faire, d’être capables de tout accepter à contre cœur plutôt que d’écouter notre cœur et de nous éloigner de notre cœur en faisant plus confiance à notre mental.

En attendant, tant que nous essayerons de caler notre vie en fonction de cette peur de manquer nous n’avancerons pas. Et les années passent. Et la crise n’a de cesse.
Cette fois ci la construction est sur 10 ans et non sur quelques mois. Alors ne soyez pas impatients ou apeurés de cette crise qui nous pend au nez. Elle n’a pas encore éclaté vraiment parce que tout le monde fait toujours semblant de pouvoir tenir comme ça. Vos voisins, vos gouvernements, vos parents, vos amis, vos familles et vous mêmes. Cette crise va nous montrer définitivement que ce n’est pas l’argent qui rend heureux. Notre stabilité et notre bonheur ne viennent pas de la grosseur de notre compte en banque.

Les questions à se poser en avril

Est ce que nous avons envie de continuer dans ce rythme à faire ce que nous faisons encore durant des années. Cette énergie d’action d’avril pourrait nous pousser dans un empressement, dans une sensation que nous devons bouger absolument. Alors pas de panique, bouger oui mais bouger utile. Passer à l’action certes mais à une action pleine de bon sens pour nous mêmes.

La difficulté est de construire dans le discernement en écoutant ses envie et non ses besoins. Il sera important de s’interroger sur ces besoins.

Sont ils liés à nos croyances, à nos modes de fonctionnement qui datent de notre enfance?
Sont ils réellement nécessaire?
Nous ont-ils rendu heureux dans le passé?
Sont ils une référence à notre bien être aujourd’hui? On t’ils apporté un épanouissement dans notre vie?

Essayer d’autres repères

Cette époque nous propose d’essayer autre chose, d’autre repères. La difficulté est de savoir que ces nouveaux repères que nous avons à poser ne donnent aucune garantie de réussite. Nous devons accepter le changement, l’expérience, le déséquilibre permanent en cherchant notre équilibre. Ce déséquilibre qui va s’installer va nous aider à chercher notre équilibre, à rester vigilant, à nous écouter. C’est une conscience supérieure dans laquelle nous entrons petit à petit grâce à cette crise. D’abord la peur le changement puis la conscience vigilante. C’est en épousant des habitudes, des croyances, c’est en nous désolidarisant de notre corps que nous avons coupé notre ressenti, que nous avons abandonné notre instinct de survie.
Ce déséquilibre ambiant nous oblige à ouvrir les yeux sur les pas que nous faisons. Si je vais à droite que se passe-ils? A gauche? Et si je m’arrêtais pour réfléchir?

S’arrêter régulièrement

Avec ses nouveaux repères à poser et sans l’assurance ni de garanti ni de succès, nous n’aurons pas d’autres choix que d’été vigilants, attentifs, impliqués dans nos vies pour être capable de déraciner ces nouveaux repères, pour en planter d’autres dans le sol… Nous allons apprendre à observer la pousse de ces racines. Peuvent-elles devenir un grand chêne robuste ou un tas de mauvaises herbes qui envahissent le jardin?

Expérimenter

La est le secret: accepter d’expérimenter de nouvelles façons de vivre et de travailler. C’est en essayant que nous allons sentir si ces manière d’être et de faire nous conviennent. Continuer comme avant n’est plus possible puisque tout s’effondre, la société, la politique… Les fondations de nos entreprise ne sont plus solides et vont subir les tsunami qu’on voit pointer à l’horizon. Devenez inventifs.

Différentes réactions au mois d’avril:

1. Ceux qui connaissent leur envie et ont compris la nécessité de prendre leur temps pour construire leur future. Ils se sentent plutôt bien dans leur baskets et ont du recul sur le stress des autres. Ils construisent en respectant leur rythme, slaloment entre les difficultés et ont foi en l’avenir.

2. Ceux qui connaissent leur envie et croient qu’il est absolument nécessaire d’agir maintenant sans plus attendre. Ils peuvent être speed et ressentir cette énergie d’action dans l’air. Ils s’éparpillent et se décentrent sans réussir à canaliser leur énergie sur un point important. Peut été vont-ils être obligé de sortir souvent leur bêche pour déraciner leur construction.

2. Ceux qui ne connaissent pas leurs envies et ressentent juste l’enfermement et la difficulté de leur situation présente. Ils savent qu’ils vont devoir changer d’orientation. Ils n’ont aucune idée de quoi faire pour leur avenir. Ils sont victimes du système et vont subir le système. Ils voudraient qu’on leur donne des solutions tout de suite. C’est juste impossible s’ils ne réfléchissent pas eux mêmes à leurs envies.
L’inconnu les stressent et ce mois d’avril qui pousse à l’action les déstabilise en les poussant à bouger… mais vers où? C’est une tension qui monte et qui est explosive. Le ras le bol, l’incertitude, l’insatisfaction pèsent lourd sur le moral. La colère monte.

La colère avant l’action

La colère est un bouchon qui pète sur un non-dit. J’avais écrit cela dans l’abécédaire en introduction sur la colère. Nous entrons en plein dans cette émotion. Pour montrer notre désaccord avant l’action c’est la colère qui va nous toucher beaucoup. Et en France, nous sommes souvent atteint de “ronchonite aiguë”.

Accepter de vous poser, prenez du recul pour mettre en terre tranquillement vos graines récoltées depuis tant d’années. Sans ces moments de pose, vous n’irez pas plus vite. Accueillez cette ère de la transformation, la longueur du temps et la lenteur du changement sinon vous allez stagner dans la colère un bon moment avant de passer à l’action utile. Vous tournerez en rond un petit moment. Bon c’est aussi une participation active au raz de marée qui arrive me direz-vous, d’être en colère…

Choisissez votre place dans ce paquebot qui nous embarque dans la grande aventure de la vie.

15 commentaires sur “Les énergies du mois d’avril

  1. Merci pour cet article.

    Essayer d’autres repères ou d’autres projets, je suis dedans. C’est un exercice qui m’oblige à être dans la justesse de mon ressenti. C’est comme si j’acceptais de dévier un peu de mon chemin (de mes plans) en constatant que la nouvelle route est plus agréable.

    Construire en respectant mon rythme est ce que j’ai le plus appris à faire ces dernières années. Cela m’a demandé de lâcher prise sur mes croyances, mes peurs et plans trop rigides mais ensuite, surprise, les projets avancent, lentement certes, mais dans la douceur.

    Pas évident d’oser se brancher sur ce que l’on a le plus envie de faire dans sa vie. Aujourd’hui, je ne regrette pas d’avoir fait ce pari.

    Je me repose beaucoup ce mois ci, alors, forcément, je suis moins dehors. Je m’y frotte un peu et c’est assez électrique, j’avoue.
    Bien contente d’avoir quelques outils qui m’aident bien (respiration, relaxation, Reiki)

    Hein, quoi ? du sport ? 🙂

  2. Je me marre j’ai mis en statut Facebook mantra du mois préservez moi de la précipitation. Plein d’invitation à tester d’autres choses après une semaine en avril qui a démarré pour ma part avec un sommeil bien décale et un besoin de me retrouver. Proposition, action, recul. Et le fond toujours la et qui suit son chemin. C’est raccord avec ce que je sens et vit.

  3. “construire dans le discernement en écoutant ses envie et non ses besoins” la clef ! en plein dedans et comme d’hab, en plein dans le mille Marie-Lore ! Stagner dans la colère, trépigner, sentir que la cocotte est prête à exploser… je connais bien et je sens bien qu’il FAUT FAIRE, agir… en avril ne te découvre pas d’un fil… tire dessus pour aller au bout de tes envies !

  4. Bonjour marie Lore,
    merci pour ce billet…Dans votre écrit, dans la partie des différentes réactions, je suis dans le premier cas; je suis à ma place même si il existe une certaine lenteur; je sens que les choses semblent se mettre en place en lien avec ce que je désir le plus fort pour ma vie; le 1 avril, j’ai donné une impulsion à une situation qui met du temps à se débloquer. Cette impulsion va permettre (j’espère)l’effet domino : les éléments vont se mettre en place à leur rythme et non pas au mien, mais je ressens un tel mouvement en avant… C’est le moment comme vous dites si bien. Et ce n’est que du positif.
    Merci
    Marie H.

  5. Merci pour ces énergies qui apportent un éclairage et me font me poser pour voir où j’en suis.
    J’oscille entre le 1 et le 2 : les envies sont là mais parfois je me mets dans l’urgence. Je suis contente de sentir chaque jour un peu plus mes envies s’éclaircir et s’ancrer, mais je lutte encore contre des peurs, notamment matérielles. Qui me font encore choisir parfois le besoin plutôt que l’envie. Mais avec un tel ras-le-bol que je suis à deux doigts de saborder l’activité qui répond au besoin. En même temps, quand je me pose, je sens quand même un allègement de cette lutte et une espèce de “force tranquille” et une joie qui s’installent qui n’étaient pas aussi présentes avant. Je continue un travail de déstructuration et de restructuration de mes activités pour faire “autrement”, mais avec un fil conducteur beaucoup plus net qu’avant (ma grosse difficulté – y voir clair pour moi ((-; ). Et ça me réjouit.
    Quand je vais trop dans le 2, le retour est immédiat : je suis speed, fatiguée, irritable et j’ai l’impression de ramer frénétiquement en tournant en rond. Et je n’ai plus de discernement alors entre envie et besoin, c’est le grand méli mélo. Heureusement, je me tape sur les nerfs assez vite ce qui m’oblige à me poser (mes aiguilles à tricoter sont ressorties comme par zazard fin mars…!)
    En résumé, cette période remue et fatigue, mais elle me fait faire de pas de géant. C’est un peu comme si tout ce que j’ai encore à régler, tout ce sur quoi je ne suis pas au clair, se présentait à tour de rôle (parfois j’attrape même la queue du Mickey, j’ai des tours en plus!!). Et si je prends les choses une par une, tranquillement, en prenant le temps qu’il me faut pour gérer la situation, je me rends compte que j’arrive à la gérer plus en douceur et d’une manière qui fait que je me sens bien ensuite.
    Mais bon, la cadence est soutenue (-; Bon mois d’avril à tous ((-;

  6. Perso, on sait où on a envie d’être aujourd’hui, sauf que ce qui est drôle, c’est que mon compagnon trouve souvent des boulots là où on ne vit pas, quelque soit le lieu où nous avons vécu lol (bon pas que lol en fait hein 😉 )

    Je suis en mesure de dire que je ne suis pas prête à détruire ce que j’ai créé en 3 ans. Je suis au clair sur le fait que je ne sois pas sûre de vouloir un énième changement de lieu de vie. mais en fait, rien de nouveau : des changements comme ça, on en a eu plein et sans certitudes à chaque fois. Juste, j’ai le choix entre rester sur un non et nous créer une vie de fou où ni l’un ni l’autre ne se voit souvent, soit je dis oui, mais au détriment de bien d’autres choses aussi. Je dirais qu’un oui complet irait plutôt dans une forme de garantie financière, même lol

    Alors peut-être que j’ai vécu des mois d’avril 2014 en avance et à répétition toutes ces années ? lol

  7. Merci pour ce billet et cet accompagnement mensuel!!

    C’est très drôle tout de même. Jusqu’il y a un an, je savais exactement ce que je voulais, où je voulais aller. J’avais des rêves et des ambitions.
    Qui se sont effondrés d’un coup, suite a une rupture. J’ai donc bien senti le chamboulement de 2013!
    Et du coup, j’ai radicalement change de vie! De métier, de région, etc…
    Je sens effectivement qu’il y a d’autres changements qui arrivent, qui sont inéluctables car de toutes façons je ne me sens pas hyper bien…
    Mais j’ai l’impression que ces changements doivent être intérieurs… Car l’extérieur n’est pas voué à se transformer pr l’instant. Je sens que malgré les difficultés je suis a la bonne place au bon moment.
    Et je n’arrive plus a avoir de visions a long terme, a créer, a monter de projet… Ça n’est plus mon énergie actuellement!
    Moi qui aime quand ça bouge dans tous les sens, me voilà ds une période plate (mon job le veut aussi! C’est ainsi pr quelques semaines, jusqu’au moment où ce sera du 100 a l’heure!)
    J’ai donc l’impression, tant professionnellement que personnellement, que je suis dans une période de changement profond, intérieur, qui prend du temps, qui chamboule tout sur son passage, surtout mon moral, mais qui est nécessaire et qui va donner naissance a mon nouveau moi…
    Mais bon sang que c’est long, et bon sang que ça secoue!

  8. Bonjour Marie Lore
    Merci de ce billet; je me positionne moi aussi quelque fois en 1 et quelque fois en 2, j’ ai envie effectivement que le changement de situation, de conscience que j’ai débuté il y a 2 ans prenne un peu de la vitesse, mais en ce moment dés que cela s”emballe , quelque chose intervient pour me ralentir, alors effectivement la seule solution à ce moment là est le repos pour se poser les bonnes questions mais là réponse arrive assez rapidement oui je suis sur la bonne route et si je dois encore patienter , je le ferai, je suis ravie de tous ces moments que je m’octroie même si certaines structures me rappellent à l’ordre en me demandant de reprendre la direction qui est là leur,qui est celle de notre société,merci d’être à nos côtés aussi régulièrement pour nous soutenir dans nos changements.

  9. En plein dedans! J’ai poussé la porte de l’auto école, en avril je passe mon code et débute la conduite (de ma vie?!).
    J’ai repris le boulot aussi.
    J’ai envie de vivre un peu + au vert (le permis est indispensable pour cela), work in progress 😉
    J’alterne entre les 3 réactions, faut que je me pose un peu…
    Merci pour ce feeling du moment qui fait écho

  10. Bonjour Marie Lore,
    Et bien je peux dire qu’après notre entretien du 3 mars, les choses n’ont pas tardé à bouger et ces énergies d’avril correspondent tout à fait à ce renouveau en profondeur. Quand bien même je voudrais passer à l’action, mon corps entier m’impose la détente, le repos, la douceur, l’intégration. Au début c’était vraiment difficile car mon mental se rebellait mais petit à petit, les tensions se défont et j’accepte progressivement de lâcher prise. Je fais confiance, je sens bien que mon mode opératoire habituel à fait son temps. J’avais été informé déjà de plusieurs manière mais il m’a fallu aller au bout de mes résistances, arrivé au point de rupture, toucher le fond pour laisser enfin le désir de vivre et remonter à la surface. J’avais soulevé avec toi la question de savoir “si j’allais pouvoir me pardonner et pardonner aux autres”. Je ne me doutais pas à quel point cet aspect était crucial et allait soulever autant de colère et de culpabilité. Mais le travail se fait, lentement. Je passe chaque jour du baume à tout ce qui me compose, j’apprends à dire oui à tous les aspects de ma personnes et je découvres avec des yeux ébahis de la lumière au coeur de l’ombre. De nouveaux et d’anciens projets, se dessinnent à l’horizon. J’arrose ces jeunes pousses tranquillement sans me presser car tu as raison, nous nous engageons tous sur une décénie, de là seulement nous aurons certainement posé des bases solides pour cette nouvelle ère à laquelle nous aspirons tant. Amicalement

  11. Bonjour Marie Lore,
    merci pour ce message qui correspond exactement à ce que je vis en ce moment…
    çà fait du bien de voir que je ne suis pas la seule à ressentir ces énergies même si autour de moi il semble que les gens se complaisent dans leur routine et rien ne laisse imaginer qu’eux aussi veulent changer de vie…
    Ce que je ressens c’est un grand besoin de renouveau, j’ai de plus en plus de mal à supporter des situations qui ne me conviennent plus et je voudrais entreprendre de grands changements au plus vite. Le problème c’est que je ne réussis pas à savoir vers quoi je voudrais aller. J’ai du mal à cerner si les projets que j’ai font partie des désirs de l’égo ou bien sont les rêves de mon coeur que je dois réaliser. J’espère que les semaines suivantes nous apporteront plus de clarté afin qu’on puisse se diriger vers nos nouvelles vies, plus adaptées à qui nous sommes vraiment.
    Bien amicalement,
    Marianne

  12. Mon dieu, comme ça me parle tout ça !!! le changement , pour l’instant ça stagne, mais sans angoisses et la colère (hum hum) ça commençait à m’inquiéter un peu , donc merci:-)
    l’impression d’être là sans y être… spectatrice .en temps normal là aussi cela commencerais à m’inquiéter ? Là non , on verra bien 🙂 Merci Marie-Lore ,bonne journée

  13. Bonsoir,

    C’est rigolo et impressionnant.. Je me disais, je trouvai que ca bougeait pas mal autour de moi, pour moi même et j’avais même pris des initiatives que je n’aurai jamais fait avant.. Mais aujourd’hui je me posai beaucoup de questions, voir je remettais tout en question. Par curiosité, j’ai fais qqes recherches sur internet et je suis tombée sur l’article.
    Les énergies décrites reflètent exactement ce que je suis en train de vivre! C’est rassurant de se dire qu’il y a une explication à ce que l’on ressent, et que l’on n’est pas seul à le vivre. Personnellement, je le vis comme une bonne remise en question sur ma vie, et le sens que je souhaite lui donner.
    Alors merci pour cet article très rassurant. Pour la petite histoire, j’ai même décidé de consulter un chamane et je me suis renseignée pour faire une formation en médecine douce. Chose qui m’a toujours attirée, mais que je n’ai jamais osé faire avant.. Merci les énergies d’Avril!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *