S comme S’occuper de soi

occuper-par-m-l-staudtDepuis quelques années, lors de mes consultations, quand une personne passe plus de temps à s’occuper des autres que d’elle-même, il m’arrive souvent de recevoir les messages suivants :

« Prenez soin de vous », « Il est temps de penser à vous », « Faites des activités plaisantes que vous aimez », « Développez vos hobbies », « On ne peut pas faire du bien aux autres aux dépends de son propre bien-être, occupez-vous de vous».

On me répond systématiquement :

« Je ne suis pas égoïste ! », ou « Oui mais je culpabilise de faire les choses de mon côté sans inviter l’autre à participer ! », ou encore « Ce n’est pas bien d’avoir envie de ne s’occuper que de soi, j’aime aider les autres…» 

Faisons-nous la différence entre « être égoïste » et « s’occuper de soi » ?

Alors voici le message que j’ai reçu sur ce point :

Quand on est égoïste, on ne pense qu’à soi et à son propre bien-être. On recherche une satisfaction égoïste, peu importe que les autres soient heureux ou malheureux, après tout c’est leur problème.

S’occuper de soi, c’est bien différent, c’est être avant tout dans une conscience de soi. C’est se faire du bien en prenant le temps de se reposer, de digérer les évènements, de recharger ses batteries et de prendre du recul. C’est essentiel pour vivre encore mieux avec les autres.

S’occuper de soi, c’est se réparer et se préparer à être plus réceptif et plus attentif aux vrais besoins des autres. Être présent, vraiment présent pour l’autre parce qu’on a pris soin de soi et que l’on peut disposer de toute notre énergie pour un véritable échange.

Alors n’est-ce pas le bon moment de vous occuper de vous ?

 

9 commentaires sur “S comme S’occuper de soi

  1. “s’occuper de soi”… j’ai longtemps fuis mon “moi” en m’occupant des autres! Mais depuis que j’ai pris conscience que j’étais responsable de ma vie…
    J’apprend à prendre soin de moi. Rien n’évident!
    Mais comme on dit :
    “A l’échelle d’une vie pratiquer pour savoir, devenir professionnel puis maîtriser…
    Assure succès.., qualité de vie et satisfaction globale”

  2. S occuper des besoins des autres sans se préoccuper de satisfaire ses propres besoins s’ appelle “le sacrifice”
    J ai fait “payer” mes sacrifices avec ma colère qui cachait de grandes carences et notamment la reconnaissance de l’ enfant intérieur en moi qui avait appris qu’ il ne fallait rien demander.

    J avais compris, supposé plutôt, que les autres allaient deviner ce dont j’ avais besoin …..que je ne connaissais pas moi même!

    La communication non violente créée par Marshall Rosenberg décédé il y a quelques mois m’ a beaucoup aidée. ( LES MOTS SONT DES FENETRES ….OU DES MURS!)

    Il est important de prendre conscience que nous sommes au tout début de l’ écoute de soi!

    Non, nous ne sommes pas égoïstes, nous respectons nos besoins d’ Être humain, pour ensuite être disponible pour les autres, et c’est un apprentissage!

    Merci pour avoir évoqué l’ écoute de nos besoins, c’ est de l’ amour qu’ on se donne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *