A comme Autorité

autorite-par-m-l-staudtJe suis sûre que vous détestez ce mot : autorité. Nous entendons souvent le mot « autoritaire » en écho au mot « autorité ». Et nous mélangeons respect de l’autre et manipulation de l’autre. L’autorité n’est pas une question de hiérarchie, d’ancienneté, de supériorité, de position sociale, de formation, de diplôme ou d’âge… L’autorité repose sur notre expérience et sur un sentiment profond et naturel de légitimité. Il s’accompagne naturellement d’une envie d’accompagnement de l’être dans la bienveillance et la douceur ferme.

Malheureusement, souvent, l’autorité prend la forme d’un pouvoir de supériorité sur l’autre, d’une manipulation perverse qui peut frôler le harcèlement moral. Cela se manifeste par une absence d’écoute et de respect, et aucune bienveillance à l’égard de la personne sur laquelle il y a autorité.

Parents, professeurs, coaches, psychologues, médecins, chefs d’entreprise… ont « autorité ».

Dans les entreprises, certains chefs usent et abusent de leur autorité parce qu’ils sont fiers d’avoir ce rang qui leur donne la possibilité et le droit d’user de pouvoir sur les autres, et non, malheureusement, parce qu’ils ont une expérience à transmettre.

Les parents ont abusé d’autorité sur leurs enfants en leur imposant des cadres stricts et sévères. Tout comme leurs prédécesseurs, ils ont imposé à leur descendance des règles avec lesquelles ils n’étaient parfois même pas en accord, enfants, sans jamais les avoir remises en question, adultes. Il s’agissait seulement de la transmission automatique et machinale du système d’éducation familial. Les enfants subissent l’autorité parentale sans pouvoir dire ou faire quoi que ce soit, même quand cette autorité est ressentie comme injuste. Trop souvent, quand les hommes et les femmes deviennent parents, ils n’ont aucune expérience dans l’écoute d’un petit être qui vient au monde. Ils imposent des protocoles d’éducation transmis de générations en générations, sans saisir à quel point l’être humain évolue à grands pas. Ce qui était valable au XIXe siècle et recommandé alors, est loin d’être tolérable aujourd’hui. D’une génération à l’autre, l’éducation devient totalement obsolète. Sans se poser de questions sur le bon fonctionnement de notre éducation sociale, religieuse et familiale, ils l’imposent à leur tour, uniquement parce qu’ils sont devenus parents en mettant au monde un enfant. Comme de bons petits soldats, ils cherchent à coller à la norme.

L’autorité prend naturellement sa place quand nous cheminons vers notre responsabilité individuelle et quand nous développons notre intégrité. Elle fait évoluer notre conscience dans une juste présence aux autres.

Quand l’autorité se pose en soi, nous sentons le besoin d’être dans le respect de la liberté de l’autre, dans une responsabilité d’accompagnement et dans une présence forte et rassurante. Cela ne signifie pas avoir un pouvoir sur l’autre, mais c’est avoir la maîtrise de soi.

5 commentaires sur “A comme Autorité

    1. Bien sur!! Ces mots feront partis de mon livre qui sortira en novembre prochain…. Faites passer avec plaisir. Ces mots m’ont été inspiré pour éclairer!
      Bonne journée

  1. Ce texte fait bien écho chez moi en ce moment.
    Je dois gérer un abus et je me suis vue laisser filer (ce n’est pas grave, …) mais finalement ma responsabilité est de faire face, justement dans la conscience et un positionnement d’accompagnant.
    Bonjour le dossier :))

  2. Avoir confiance en son autorité pour ne pas abuser et se laisser abuser. C’est là le cercle vertueux de l’amour de soi/ des autres et des limites qu’on pose pour respecter et se respecter. Un grand projet tout ça… Merci 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *