H comme Harcèlement moral

harcellement-moralLe harcèlement moral se manifeste par des doutes, des reproches, des critiques, des jugements distillés constamment sur le dos d’une personne et sur une très longue période. Ces petites attaques pernicieuses et perfides portent sur les compétences professionnelles et les valeurs humaines de cette personne. Le but étant d’anéantir celle-ci pour qu’elle disparaisse, se taise, arrête de prendre autant de place, d’importance. Elle devient gênante pour celui qui distille son venin en toute impunité.

Le harcèlement moral touche particulièrement les artistes dans l’âme, les personnes à part qui ont toujours eu du mal à exprimer leur unicité, à qui on n’a jamais laissé de place pour qu’elles s’expriment. Ils perturbent les passionnés, dotés d’une forte conscience professionnelle, et les hypersensibles empathiques. Les autres sont insignifiants pour le harceleur et ne font pas d’ombre à leur Ego. Ils ne leur trouvent aucun intérêt si ce n’est de les utiliser en leur demandant de prendre partie pour eux, en leur faisant miroiter des évolutions professionnelles ou affectives. Un vrai jeu d’enfants. Les autres, les hypersensibles passionnés, c’est plus compliqué… C’est par petite dose… C’est un travail de longue haleine qui porte toujours ses fruits. On réussit toujours à mettre à terre la personne visée.

Le résultat est un dégoût du travail et de son implication humaniste. On ne perd pas réellement confiance en soi, on perd le goût du travail. On s’éloigne du plaisir de travailler puisque les remarques qu’on nous distille à petite dose régulière déclenchent des émotions négatives. Inconsciemment, c’est comme si on savait qu’on allait avoir mal en faisant ce qu’on aime. Alors, plus le temps passe et plus cela devient difficile de faire notre travail et de s’y rendre. Une conspiration silencieuse se ligue contre nous et se met en place à notre insu. On ne se rend compte de rien, tellement c’est fait de manière calculée, dans un but d’Ego et dans notre dos.

Pourquoi est-on harcelé?

Parce qu’on dérange. Notre implication professionnelle, notre passion pour l’humain, l’amour du travail bien fait et notre générosité sans pareil font de l’ombre aux frustrés, aux irresponsables colériques, aux incompétents, aux petits chefs sans envergure, aux grandes gueules qui parlent beaucoup et agissent peu, à ceux qui ne possèdent pas le quart de nos qualités humaines. On dérange, on voudrait nous faire taire, nous écraser. On suscite de la jalousie, de l’envie, de l’admiration, et tout cela génère de la colère chez l’autre, de l’impuissance, de l’insatisfaction. Alors un long travail de sape commence.

On finit par craquer et par ne plus pouvoir continuer notre activité. Même en quittant notre travail pour un autre, un poids invisible pèse sur nos épaules. On pense “travail” et nos dents se serrent. On va au boulot à reculons jusqu’à en être malade.

On est abîmé sans qu’on ait pu vraiment s’en rendre compte. C’est ce qui fait la perversité du harcèlement moral. Ce sont de petites remarques ou critiques insignifiantes qui nous font péter un boulon, un jour. Prises à part, elles n’ont l’air de rien, ces petites phrases assassines qui nous minent. Mises bout à bout, c’est une mise à mort préméditée. Un venin qu’on nous instille à petites doses jour après jour. Ces mots finissent par nous tuer à petit feu en nous empoisonnant l’existence et l’organisme. On perd l’amour du travail. Cela nous coupe de notre joie de vivre, nous finissons par tomber dans la déprime, puis dans la dépression. Cela peut entraîner un suicide, puisque nous finissons par perdre gout à la vie.
Les harceleurs ont si peu le courage de dire en face leurs griefs et leurs reproches qu’ils jouent un faux jeu, de part et d’autres, afin de mettre le maximum de joueurs malhonnêtes de leur côté. Ils usent de stratagèmes peu scrupuleux pour parvenir à leurs fins : faire taire le gêneur… Le mettre hors d’état de nuire à leur propre Ego!

Ils font disparaître l’autre, de peur de disparaître eux-mêmes par le jugement qu’ils ont d’eux-mêmes. Un comble…

Guérir d’un harcèlement moral demande beaucoup de temps et. beaucoup d’amour à se prodiguer chaque jour à soi même.

5 commentaires sur “H comme Harcèlement moral

  1. Je connais cela..depuis ma naissance pratiquement puisque née belle petite fille alors que ma mère voulait un garçon comme aîné. Ainsi critiques exigeances colères violences ont atterris sur mon dos. Ces jugements et attaques ont été entendusintégrés par mes jeunes frères et soeurs, et je subis récolte encore aujourd’hui à 73 ans ! J’ai travaillé très fort à transformer les souffrances de mon coeur mais des cicatrices fragiles restent ainsi que des vulnérabilités. Parfois, je voudrais m’en aller au bout du monde… mais je me ramène à la vie de l’ici et maintenant de notre belle nature automnale québécoise avec ses couleurs magnifiques !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *