E comme Ecoute

Souvent, pendant les consultations, je me rends compte que chacun se fait des idées sur ce que l’autre (partenaire de vie, ami, patron, collègue de travail) pense ou dit. Nous interprétons la pensée ou la parole de l’autre sans respecter son idée racine, sans avoir écouté, ni entendu ou ressenti le véritable message de son interlocuteur jusqu’au bout. Nous nous accrochons parfois aux mots qui ne sont peut-être pas les bons ou nous sommes perturbés par le ton de voix qui ne reflète pas l’intention profonde.

Sommes-nous toujours attentifs quand on vient s’adresser à nous ?

Pourrions-nous traduire avec nos mots, l’essence du message qu’on vient de nous transmettre ?

Sommes-nous toujours disponibles pour écouter notre interlocuteur ?

Et nous-mêmes, choisissons-nous le bon moment pour que l’autre soit dans une disposition à écouter ce que nous avons à lui exprimer ? 

En fait nous avons nos idées en tête et nous ne sommes pas suffisamment ouverts à l’opinion de l’autre. Nous réagissons plus que nous écoutons.

Nous portons facilement un jugement sur ce que l’autre dit.

Lors d’une discussion, nous nous préparons à répondre au lieu d’écouter les propos de l’autre. Nous sommes impatients de donner notre point de vue sur la « question ». Nous sommes en attente de lui prouver qu’il n’a pas raison et prêt à lui donner tous les arguments pour le rallier à notre cause, à notre manière de voir les choses. Nous sommes prêts à l’aider, qu’il nous écoute maintenant.

Dans la majorité des cas, lors d’un échange, nous coupons carrément la parole pour imposer notre son de cloche. Nous enchaînons nos propres paroles sans répondre à la vraie « demande ».

Nous ne respectons pas le temps d’intégration, de digestion, de compréhension du message ou du point de vue de l’autre.

Souhaitait-il seulement une réponse ? Pas sûr.

Peut-être avait-il simplement besoin d’une écoute.

Le silence est parfois la meilleure réponse à l’écoute.

Soyons prêts à écouter les oreilles grandes ouvertes l’opinion, les paroles de l’autre avec bienveillance ou à l’informer que ce n’est pas le moment propice pour nous.

De même que la responsabilité de celui qui a envie que nous l’écoutions, est de trouver le moment opportun, le meilleur endroit et de s’enquérir de la disponibilité de l’autre.

8 commentaires sur “E comme Ecoute

  1. Bien juste , on pourrait éviter combien de malentendus !! Je viens de m’embrouiller avec ma soeur parce que chacune interprète mal les mots et les “pensées” de l’autre … pile dedans !!

  2. je l’aime beaucoup ce mot, dans un sens comme dans l’autre, quand je suis celle qui parle ou celle dont on sollicite l’écoute.
    j’ai appris à dire non, à couper quand je me sens fatiguée et pas disponible.
    j’essaye de toujours vérifier que c’est le moment pour ma demande ( même si parfois je passe à côté )

  3. Merci MLore pour cet article. L’écoute est très difficile, il faut admettre que nous ne sommes pas toujours dans de bonnes dispositions, ou capable d’être réellement à l’écoute. Je l’ai appris à mes dépens…Une longue amitié s’est brisée ainsi, j’ai une part de responsabilité je n’ai pas su écouter l’autre et pas su M’écouter quand j’ai ressenti le danger, quand j’aurais dû mettre de la distance.
    Le silence est sans doute la réponse, malheureusement j’avais confondu silence avec indifférence

  4. J aime beaucoup ce très sage conseil car nous vivons vraiment dans un système de non communication qui m horripile trop souvent!…
    Ça va de se parler en criant d une pièce à l autre sans faire l effort d aller trouver l autre pour essayer de nouer une vraie communication, à comme tu le dis si bien couper sans cesse la parole pour parler .. et souvent pour ramener tout à Soi, et parler de soi encore et encore !
    Maintenant on parle plus fort, plus vite et on parle creux, car en fait on ne recherche pas à communiquer, à échanger, ce qui demande des efforts et du respect de parts et d autres.Non on cherche à occuper un espace, peu importe la demande de l autre, symptomatique de la société actuelle où on se cherche..et pourtant quel temps et qualité de vie on gagnerait tant au niveau personnel que professionel si on redécouvrait l ART DE LA CONVERSATION qui commence par bien ÉCOUTER !

    1. Oui c’est clair, tellement simple pourtant… J’avais oublié ce post posté il y a un mois ahah et depuis ce matin, j’entends dans ma tête une phrase de mon père qui disait:
      “Le silence est d’or et la parole est d’argent”
      Quel homme sage mon père quand même…. Et pourtant ce que je pouvais m’énerver quand il me disait cela!! ;o)
      Plein de bises à toi!! Bientot le sud aussi ;o)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *